Champagne-Ardenne Nos actions collectives

L’annonce du handicap tout au long de l’accompagnement+éligible au DPC

Fonds mutualisé de Branche
Salariés de la Branche
05

Contexte

Si la première annonce du handicap est souvent faite par un médecin, les professionnels qui accompagnent l’enfant et sa famille au fil des années et dans les diverses institutions, sont confrontés à la douleur et aux émotions des familles, ainsi qu’à leurs interrogations, à tout moment de l’accompagnement de l’enfant.

Il n’y a pas une annonce mais une succession d’annonces tout au long de l’accompagnement qui tient compte de l’évolution du handicap et du rythme spécifique de chaque patient à chaque obstacle ou à chaque limite de développement atteinte.

Elle concerne tous les professionnels qui accompagnent le jeune et sa famille.

L’annonce du handicap est reparlée à chaque étape de la vie de l’enfant, de l’adolescent et des découvertes successives, des difficultés de développement (que ce soit en CAMPS, SESSAD, Institution). Les parents vont revivre le choc de cette annonce traumatique, rappel du séisme initial, interpellant chaque professionnel personnellement.

Objectifs

  • Comprendre la réalité du handicap à laquelle sont confrontés les parents
  • Comprendre la valeur et les enjeux du diagnostic pour les familles
  • Mieux accompagner les familles confrontées au handicap
  • Mettre du sens, de l’empathie dans la communication
  • Travailler en équipe pluridisciplinaire

Prérequis

Aucun prérequis n’est demandé

Contenu

Jour 1

  • Présentation de la formation

- L’intervenant et son expertise

- Le contexte des professionnels en difficultés

- Le contenu avec ses objectifs

  • Les handicaps : définitions

- Le handicap et la maladie

- Les différentes catégories de handicap (moteur, sensoriel, psychique, mental, lié à une maladie invalidante, polyhandicap)

- Les différentes étiologies du handicap (génétique, infectieuse, accidentelle, environnementale)

  • L’attente et l’annonce du diagnostic aux familles

- Du normal au pathologique (l’observation par les professionnels ou par la famille de signes « inquiétants » : du normal au pathologique, la question du diagnostic précoce : quand s’inquiéter ?)

- Les évaluations et explorations à visée diagnostique (l’ambivalence parentale : vouloir savoir, ne rien vouloir savoir ; la nomination des « troubles » peuvent être recherchées comme rassurantes car elles permettent de sortir d’un doute insupportable ; à contrario, la possibilité que les troubles soient identifiés creuse l’inquiétude de la réalité de la pathologie)

- L’annonce du diagnostic (le choc traumatique, l’importance du travail en équipe, les défenses psychiques extrêmes des parents face à ce qui est vécu comme un évènement catastrophique, le rôle d’accompagnement des soignants dans ce comment crucial)

 

Jour 2

  • Etre parent d’un enfant en situation de handicap

- Le deuil de l’enfant imaginaire. Le sentiment d’étrangeté, la difficulté pour certains parents à identifier cet enfant comme situé dans leur filiation. Le long travail de deuil du bébé imaginaire permet de faire une place à l’enfant réel.

- Après le diagnostic, la quête de l’origine

- Etre parent de « cet enfant là »

  • L’évolution au cours de la vie

- La question de la chronicité

- La question du polyhandicap et du handicap lié à une maladie dégénérative

 

Jour 3

Penser l’accompagnement de l’enfant et de sa famille

  • Le transfert sur l’institution

- La notion de transfert : un outil pour penser les liens avec les familles. Les relations entre parents et professionnels sont tissées de représentations et de sentiments inconscients de part et d’autre.

- La notion d’alliance thérapeutique. Comment entendre les demandes et les réactions parfois déconcertantes des parents ?

- L’importance d’analyser les demandes et les attitudes des parents et de les mettre au travail dans la dynamique transférentielle institutionnelle.

- Accompagner les parents au long cours dans les différentes étapes de l’évolution de leur enfant avec empathie et patience. La nécessité parfois de « bousculer » légèrement les parents, avec délicatesse et en étant disponible pour les réactions après-coup.

- Distinguer les demandes qui relèvent de l’évitement et celles qui relèvent de l’épuisement , psychique ou physique, des parents.

  • Le transfert dans l’institution

- Le sentiment d’impuissance en tant que professionnel quand on ne peut pas guérir l’enfant. La culpabilité

- Le risque de clivage institutionnel. L’importance du dialogue et de la concertation afin d’apporter des réponses cohérentes aux enfants et à leurs familles.

- L’importance des tiers et des relais entre professionnels. La charge émotionnelle de ce travail singulier et ses effets sur les relations entre collègues, avec l’enfant, avec sa famille, dans la vie personnelle.

  • Mise en situation professsionnelle : Jeux de rôle sans vidéo

Fiche technique

Secteurs

Tous secteurs

Public

Aide-Médico-Psychologiques, Educateurs Spécialisés, Moniteurs Educateurs, Aides-Soignants, Educateurs Jeunes Enfants, Auxiliaires de Puériculture, Orthophonistes, Psychomotriciens.

Durée

3 jours

Organisme de formation

  • AFAR

Date limite d’inscription

15/02/2017

Lieux & dates

  • Groupe 1

Interlocuteur Unifaf

Interlocuteur OF

Intervenants

  • Chantalle HANIA
    Psychologue clinicienne
  • Armêl MATTMANN-JACQUES
    Psychologue clinicienne